Claudie Lemaitre–Kartal : « La communication est partout, elle fait partie intégrante de notre quotidien »

Claudie Lemaitre–Kartal est une étudiante du Master ICONES et apprentie au sein de la société DRF, une franchise qui gère deux McDonald’s dans le Golfe de Saint-Tropez. BAC Scientifique, médecine, musée, tourisme, communication, salariat, activité freelance : son parcours est pour le moins dynamique et… atypique ! Entretien avec une jeune femme motivée et passionnée qui a trouvé son chemin grâce à beaucoup de persévérance. Elle nous livre son analyse sur les enjeux de l’alternance pour les étudiants en communication et sa vision du métier de communicant. 

Claudie, comment avez-vous rejoint la filière Info-Com?

Je n’ai pas eu un parcours conventionnel. J’ai traversé un chemin assez long avant de rejoindre la filière Info-Com.

Après avoir obtenu mon BAC scientifique en 2014, j’ai commencé une première année d’études en médecine. L’expérience n’a pas été concluante. J’ai donc décidé de mettre sur pause mon parcours d’étudiante.

Dans un premier temps, j’ai trouvé un emploi saisonnier dans un musée. Puis, j’ai continué à y travailler toute l’année. Au fil du temps, j’ai développé un goût et un intérêt particulier pour la culture et le tourisme. Par conséquent, j’ai fait le choix de certifier cette expérience professionnelle avec une VAE d’accompagnatrice de tourisme. D’ailleurs, c’est dans ce contexte que j’ai découvert les premières bases de la communication.

Dans la continuité, j’ai repris mes études en privilégiant toujours l’alternance. J’ai obtenu un BTS Tourisme avant de réussir une licence professionnelle spécialisée en communication digitale. En route vers le BAC+5, j’ai été admise au Master ICONES à la rentrée universitaire 2020/2021.

Pourquoi avez-vous choisi de candidater au Master ICONES ? Avez-vous eu des difficultés à trouver votre alternance ?

Sur le fond, j’ai choisi de candidater au Master ICONES pour son approche transversale de la communication et sa spécialisation numérique. Son contenu pédagogique me permet en même temps de développer une intelligence globale des projets de communication tout en restant focalisée sur le digital que je pratique en permanence au sein de mon entreprise.

Pour effectuer mon choix, j’ai été accompagnée par mon employeur actuel. En effet, j’ai signé mon premier contrat d’apprentissage avec la société DRF lors de ma licence. Nous avons décidé de continuer à travailler ensemble. Nous voulions trouver une formation correspondant à la fois à mes attentes et à celle de l’entreprise. C’est intéressant de s’ancrer dans la continuité car c’est une opportunité de voir grandir certains projets. Cela signifie que les étudiants qui souhaitent décrocher un contrat d’apprentissage pour étudier au sein du Master ICONES peuvent anticiper leur projet d’alternance et faciliter leur insertion dans le 2ème cycle de l’enseignement supérieur (niveau Master).

 Vous n’avez donc pas été surprise par le quotidien d’un.e apprenti.e…

Je connaissais déjà les enjeux et le rythme de l’alternance. Il faut être rigoureux et organisé pour réussir conjointement les études et le travail. Je n’avais donc pas d’appréhension particulière. Au contraire, je ne pouvais pas envisager de m’inscrire à une formation sans alternance. J’ai testé les parcours classiques (où l’enseignement est purement théorique) et cela ne me correspond pas.

Claudie LeMaitre--Kartal au bureau   Claudie Lemaitre--Kartal devant le tableau McDonald's

Quels sont pour vous les avantages de l’alternance ?

L’alternance permet de mettre en pratique ce que nous apprenons en théorie. Cette approche pédagogique permet de mieux comprendre le milieu professionnel. Elle représente également un levier pertinent pour s’assurer un avenir au sein d’une entreprise. Même si un étudiant ne continue pas à travailler dans l’entreprise avec laquelle elle/il a signé un contrat d’apprentissage, l’alternance favorise l’insertion professionnelle des étudiants. Un diplôme avec une expérience en alternance est une vraie valeur ajoutée sur le marché du travail.

J’espère que l’alternance va continuer à se démocratiser car c’est une formule très avantageuse.

Pour vous, c’est quoi le métier de communicant ?

Le métier de communicant est très diversifié. Il est plus pertinent de parler de métiers de la communication au pluriel. Les missions et les objectifs poursuivis sont multiples et déterminés par la spécialité du communicant et la nature du projet sur lequel elle/il travaille.

La communication est partout. Elle fait partie intégrante de notre quotidien. C’est un métier où l’on ne s’ennuie jamais et c’est ce qui me plaît !

“Chaque jour, je ressens le plaisir d’aller au travail”

 Avant de commencer votre mission pour McDonald’s, aviez-vous un apriori sur le travail à effectuer ?

Avant de commencer mon alternance au sein de la franchise DRF, j’avais quelques aprioris sur mes missions. Je n’avais jamais travaillé dans le domaine de la restauration rapide. J’avais peur des exigences de l’enseigne en termes de productivité, de rapidité au travail. Plus précisément, je me demandais si la culture organisationnelle était complétement en phase avec mes valeurs et si cela m’empêcherait de mettre en place certaines actions.

Dans la réalité de terrain, j’ai compris, au contraire, qu’il était tout à fait possible de concilier productivité, efficacité, bien-être des clients et employés avec des actions adaptées. Selon moi, le professionnalisme passe par certaines valeurs incontournables comme la bienveillance et l’écoute mutuelle.

Quelles sont vos missions au quotidien ?

Mes missions sont nombreuses et très variées. Je suis responsable de la communication interne et externe. Plus particulièrement, je suis chargée de mettre en place la stratégie digitale que j’ai établie en 2019. Je travaille au développement du marketing digital local. Je m’occupe de la modération et de l’animation des réseaux sociaux. Par ailleurs, je développe les partenariats locaux. Je gère l’affichage publicitaire, les ateliers et animations dans les restaurants. Je pilote également des actions éditoriales de communication interne dont la publication récurrente d’un journal d’information interne.

Claudie Lemaitre--Kartal ; page Facebook - McDonald's Gassin Saint-TropezClaudie Lemaitre--Kartal ; canaux - McDonald's Gassin Saint-Tropez

Claudie Lemaitre--Kartal ; affiche McFlurry - McDonald's Gassin Saint-Tropez

On associe généralement le besoin d’efficacité, de rapidité et de polyvalence au fonctionnement des restaurants McDonald’s. Est-ce aussi valable pour la partie administrative/back-office où vous travaillez ?

Tout à fait. Le secteur de la restauration rapide évolue en permanence qui plus est pour une marque comme McDonald’s dont le rayonnement est mondial. Nous devons proposer des actions efficaces et applicables rapidement. Pour cela, nous avons, bien sûr, le soutien permanent de McDonald’s France. Il est possible de proposer des actions de communication efficaces et de qualité avec un impact fort et rapide. Tout est question d’organisation performante. Cette dernière est l’essence même de l’enseigne.

Au départ, j’avais peur de ne pas pouvoir m’adapter à cette culture organisationnelle. Toutefois, mes craintes ont été rapidement balayées car la force de de McDonald’s réside dans la qualité de ses formateurs capables de mettre en place un apprentissage accéléré et efficient.

Au commencement de mon contrat, j’ai appris à être polyvalente. Je devais très bien connaître le terrain afin de mieux le comprendre le fonctionnement de l’organisation pour proposer des actions de communication cohérentes.

Comment avez-vous été accueillie par vos collègues ?

Le poste de Responsable Communication & Marketing n’existait pas avant mon recrutement. Il était donc nécessaire d’expliquer les raisons de ma présence aux nouveaux collègues. Ainsi, j’ai organisé avec mon employeur une réunion pour expliquer à tous mes missions au sein de l’entreprise. J’ai donc été accueillie dans de très bonnes conditions.

D’ailleurs, je souhaite continuer à travailler pour la société DRF et McDonald’s à l’issue de mon Master. Mes missions évoluent continuellement. J’adore ce que je fais. Chaque jour, je ressens le plaisir d’aller au travail.

Dans ce contexte pandémique engendré par la maladie du coronavirus, que peut apporter un.e alternant.e à une entreprise ?

La COVID-19 est l’occasion de travailler sur une problématique particulière : la communication de crise. Pour les entreprises, les alternants du Master ICONES représentent une valeur ajoutée et une opportunité pour mettre en place ou en œuvre leur stratégie en temps de crise. Nous étudions ces phénomènes en cours et sommes capables de proposer des actions adaptées lors d’une crise sanitaire.

Bulletin d'information page 1 Bulletin d'information page 2

“D’ailleurs, je suis devenue une vraie passionnée de communication…”

 Vous avez crée une micro-entreprise l’année dernière. Pouvez-vous nous en dire plus à ce sujet?

En effet, l’an dernier, lorsque j’étais en licence, j’ai créé mon entreprise de communication digitale : IdilK Communication. Je proposais des prestations de Community Management. Je souhaitais me spécialiser dans le digital et appliquer directement mes connaissances théoriques et mettre à profit mon expérience professionnelle. J’ai travaillé en partenariat avec une amie graphiste dont le nom de marque est la Rose et le Corbeau.

La licence m’a permis de réaliser cette activité. Toutefois, l’auto-entreprenariat demande un investissement complet. Etant seule, la charge de travail a été trop importante. J’ai donc privilégié mes études. Toutefois, selon moi, si l’on travaille en équipe, on peut gérer une activité freelance en micro-entreprise et réussir un Master en alternance.

Que retenez-vous de votre expérience professionnelle jusqu’à ce jour?

Pour être un professionnel, j’ai compris l’importance de nos facultés d’adaptation. Il ne faut pas avoir d’aprioris et cultiver la patience. La clé de la réussite réside également dans la motivation et la passion.

D’ailleurs, je suis devenue une vraie passionnée de communication. La découverte de ce métier et de la filière Info-Com m’a permis de retrouver le goût des études.

Pouvez-vous prodiguer des conseils pour les étudiants qui souhaitent candidater au Master ICONES ?

Je conseille le Master ICONES aux étudiants qui souhaitent développer une connaissance stratégique de la communication globale tout en se spécialisant dans sa dimension numérique. Bien évidemment, je conseille le Master à tous les étudiants convaincus par l’alternance, condition sine qua non pour candidater et prétendre à une admission.

Pour réussir la formation, il faut être rigoureux et passionné. Pour mettre toutes les chances de votre côté, il faut être organisé dès le départ pour poursuivre la formation de façon sereine.

Votre parcours non conventionnel est-il un avantage ou désavantage ?

Un parcours atypique est un atout si nous sommes en mesure d’en faire une force. Je connais différents milieux et suis capable de m’adapter rapidement à mon environnement professionnel.

Je souhaite rassurer tous les étudiants : il n’est jamais trop tard pour étudier. Lorsque j’ai repris mes études, j’avais peur d’être en décalage avec les autres. Cette angoisse s’est dissipée rapidement. Depuis que la communication est devenu mon domaine de prédilection, je suis totalement épanouie.

Happy Meal - Facebook - McDonald's Gassin Saint-TropezClaudie Lemaitre--Kartal ; Happy Meal photo

Article rédigé par nos étudiants Anthony Defossez, Claudie Lemaitre–Kartal, Julia Holmes, Houyem Ghoul, Henri Nientao.

Organisation et professionnalisation de la communication participative : Bosnakian Communication

Contacter le Master ICONES

Vous souhaitez recruter un étudiant.e du Master ICONES, Master en alternance spécialisé dans la communication numérique à Nice ?

ou

Vous êtes étudiant.e et souhaitez obtenir des informations complémentaires à propos du diplôme ?

N’hésitez pas à nous contacter.