Julie Parisse-Bruguier : « L’alternance est une vraie plus-value sur mon CV »

master communication apprentissage nice

Membre des alumni du Master ICONES, Julie Parisse-Bruguier a intégré la Préfecture des Alpes-Maritimes dans le cadre de son contrat d’apprentissage (2019-2020). Suite à l’obtention de son diplôme, elle a intégré une nouvelle formation pour se spécialiser dans la communication évènementielle. Par la suite, Julie a recroisé le chemin de la Préfecture des Alpes-Maritimes : elle a signé un CDD avec elle. Ambitieuse, impliquée et proactive, découvrez le parcours de Julie et les raisons pour lesquelles elle a rejoint notre Master de communication en apprentissage à Nice.

 

Julie, quelle est votre situation professionnelle aujourd’hui ? Pouvez-vous nous décrire votre parcours depuis l’obtention de votre diplôme ?

Après deux années au sein du Master ICONES, j’ai obtenu mon diplôme (en 2020) lorsque nous étions au début de la crise sanitaire générée par la Covid-19. J’avais peur d’entrer directement sur le marché du travail et de ne pas être rémunérée à la hauteur de mon parcours ainsi que de mes cinq années d’études. En effet, la pandémie a compliqué l’entrée des jeunes sur le marché du travail. De ce fait, je me suis rapidement tournée vers la recherche d’une nouvelle formation pour ajouter une nouvelle corde à mon arc en attendant l’évolution de la situation sanitaire. J’ai donc voulu me spécialiser également dans la communication évènementielle.

En réalité, durant mon M1 ICONES (2018-2019), j’ai réalisé un stage* alterné dans une agence évènementielle dans le secteur culturel. Cela m’a plu et donc j’ai souhaité obtenir une spécialisation supplémentaire dans cette voie. À Avignon, j’ai trouvé une formation qui proposait une spécialité entièrement axée sur la culture. Puisque j’étais diplômée du Master ICONES, cela était valorisable et valorisant. J’ai suivi six mois de cours puis j’ai effectué un stage au Festival de Musique Électronique et Rap à Marseille (Marsatac).

Aujourd’hui, je travaille toujours à la Préfecture des Alpes-Maritimes. Lors de ma période d’apprentissage, je pense avoir donné une bonne image donc une fois mes études terminées, ils m’ont rappelé ! Cependant, je n’occupe pas le même poste, je suis dans un service différent.

* NDLR : auparavant, il était possible de réaliser un stage pour les étudiants qui ne trouvaient pas de structure d’accueil. Aujourd’hui, le Master ICONES est une formation accessible en apprentissage uniquement.

 

« L’alternance est une vraie plus-value sur mon CV »

 

Avec plus de recul, quel regard portez-vous sur votre expérience de l’alternance au sein du Master ICONES ?

Actuellement, l’alternance est LE point qui apporte de la plus-value sur mon CV (bien que j’ai vécu une année d’alternance moitié confinée – moitié en présentiel). En effet, j’ai pu réaliser des projets intéressants. D’ailleurs, j’ai eu la chance d’être bien suivie par mon maître d’apprentissage ainsi que par l’Université.

 

Quelles étaient vos missions pendant votre période d’apprentissage au sein de la Préfecture des Alpes-Maritimes ?

Pendant ma période d’apprentissage, j’ai réalisé beaucoup de revues de presse. En effet, nous recevions la presse locale, régionale et nationale tous les jours. Nous devions ensuite trier les articles, les sélectionner et les envoyer au préfet. D’ailleurs, ce travail s’effectue sur le long terme : le processus doit s’affiner au fil des années pour le perfectionner et rendre les contenus plus lisibles.

Mon travail s’est également articulé autour des réseaux sociaux :  j’ai rédigé plusieurs plans de communication, j’ai effectué des missions de veille, j’ai créé des visuels, rédigé et programmé la publication des posts.  

Lorsque nous n’étions pas confinés, j’ai également eu l’opportunité de me déplacer sur le terrain. Par exemple, j’ai pris part à l’organisation de plusieurs cérémonies. J’ai aussi été présente sur place à l’occasion du déplacement des ministres dans le département. En amont de ces évènements, nous devions rédiger les communiqués de presse pour les envoyer aux médias. Sur place, lors de l’arrivée d’un ministre, nous devions gérer l’accueil des journalistes, répondre à leurs questions et savoir si le préfet ou le sous préfet présent pouvait prendre le temps de répondre également aux journalistes. Une fois la visite terminée, nous réalisions une revue de presse sur l’évènement pour l’envoyer à l’équipe. 

 

Quels conseils pouvez-vous prodiguer aux étudiants actuellement en alternance au Master ICONES ?

Personnellement, je pense qu’il faut entretenir de bonnes relations au sein de son service mais également, avec les collègues des différents services. Il ne faut pas se cantonner à ses propres missions : il est nécessaire de faire preuve de curiosité et de s’intéresser à leurs activités. Notamment si l’occasion de travailler avec eux se présente.

 

Vous avez un statut d’auto-entrepreneur, souhaitez-vous développer votre activité ? À l’avenir, seriez-vous prête à recruter ou recommander un(e) alternant(e) du Master ICONES ?

Cette année, j’ai obtenu le statut d’auto-entrepreneur mais je n’ai pas encore eu le temps de développer mon entreprise. Actuellement, elle est au stade embryonnaire. Cependant, j’aimerai la faire grandir. Effectivement, si mon activité me le permet plus tard, pourquoi ne pas recruter un étudiant à l’avenir !

Pour l’instant, je travaille avec une personne qui lance une marque de vêtements et qui n’a pas de connaissances en communication. En ce sens, nous avons réalisé un diagnostic de la marque : quelles sont ses valeurs, que souhaite-t-elle mettre en avant, quel est le storytelling à déployer autour d’elle, ses promesses, quels sont les produits à vendre ? En somme, nous avons réfléchi à toute la stratégie de la marque. Nous avons par la suite lancé sa communication : j’ai réalisé quelques visuels et produit des éléments graphiques pour les couturiers puisque certains vêtements sont en phase de test.

Plus tard, j’aimerai développer mes services dans le cadre des réseaux sociaux, de la stratégie social media et également travailler avec la presse (car je ne l’ai pas encore fait avec mon statut d’auto-entrepreneur).

 

« La force de la communication, c’est l’adaptation »

 

Le slogan du Master ICONES affirme que “Communiquer est un métier”. Aujourd’hui, vous n’êtes plus étudiante. Cependant, continuez-vous à apprendre votre métier de communicante ?

Bien sûr, nous sommes toujours dans un processus d’apprentissage. Notamment avec tous les outils émergents et les nouvelles méthodes de marketing. En effet, la façon de mettre en avant un produit évolue (je pense à la récente publicité de Lacoste qui rassemble nos aînés et les nouvelles générations).

La société est en constante évolution et nous sommes plus que jamais dans une société de communication : nous passons notre temps sur le téléphone (surtout avec les réseaux sociaux) et la publicité est omniprésente à nos yeux.

En tant que communicants, nous sommes constamment en train d’apprendre à communiquer différemment. D’ailleurs, cela a été fortement le cas pendant la pandémie. De nouvelles méthodes ont fait surface pour s’adapter à ce contexte exceptionnel. Par exemple, il n’était plus possible de se rassembler physiquement et donc les évènements ont été organisés à travers la sphère numérique. La force de la communication, c’est l’adaptation.

 

Se connecter à Julie Parisse-Bruguier : ici.

 

Contacter le Master ICONES, Master de communication numérique en apprentissage à Nice

Vous êtes étudiant.e et souhaitez réaliser un master de communication numérique en apprentissage à Nice ou obtenir des informations complémentaires à propos du diplôme ?

ou

Vous souhaitez recruter un.e étudiant.e du Master ICONES, Master en apprentissage spécialisé dans la communication numérique à Nice ?

Contacter