Léa Besançon-Matile : “L’alternance permet d’être plus compétitif sur le marché du travail”

master communication nice

Etudiante du Master ICONES et apprentie au sein du Centre Hospitalier d’Antibes Juan-les-Pins, Léa Besançon-Matile est une jeune femme dynamique et ambitieuse. De Lyon à Valence (Espagne) jusqu’à rejoindre un Master en communication à Nice, elle nous livre sa vision du métier de communicant, son parcours personnel, scolaire et professionnel. Un témoignage authentique et enrichissant… 

Léa, dans quel environnement familial avez-vous grandi ? Etiez-vous prédisposée à rejoindre la filière Info-Com ?  

Mon père est ouvrier qualifié alors que ma mère est employée dans la fonction publique. J’ai eu une éducation souple mais avec des valeurs et principes à respecter. Par exemple, en insistant sur les activités sportives, mes parents m’ont inculqué certaines vertus qui font, aujourd’hui, partie intégrante de mon identité.

Pourquoi avez-vous choisi le métier de communicant ? 

Tout a commencé avec mon grand-père. Comme beaucoup d’enfants, j’avais tendance à parler sans arrêt. Je me souviens d’un jour, vers mes 9 ans, où il s’est arrêté soudain de m’écouter. Il a commencé à rire puis m’a dit : “toi, tu finiras journaliste”. Cette idée est restée dans mon esprit pendant très longtemps. Finalement, j’ai décidé de m’orienter vers les métiers de la communication numérique…

Quels sont vos centres d’intérêts et apportent-ils une plus-value dans votre vie professionnelle ? 

Je m’intéresse beaucoup aux arts du spectacle, plus particulièrement au cirque et au théâtre. Ce sont des activités qui permettent de se confronter à un public et de développer ses capacités à communiquer avec les Autres. Par le passé, j’ai aussi pratiqué la gymnastique artistique en compétition. Ce sport m’a permis de gagner en rigueur et d’améliorer mon esprit d’équipe. Ces aptitudes sont indispensables dans un contexte professionnel.

Pouvez-vous nous décrire les grandes étapes de votre parcours scolaire/universitaire ? 

J’ai obtenu mon diplôme du baccalauréat (série économique et social, option sciences politiques). Ensuite, j’ai obtenu une licence en Information-Communication parcours international à Lyon.  Grâce au programme Erasmus, j’ai effectué une de mes années de licence à l’étranger à l’Universitat de Valencia en Espagne. L’expérience a été très enrichissante. Elle m’a permis d’être plus indépendante et autonome. J’ai découvert une culture différente et rencontré des personnes du monde entier. Enfin, après avoir été admise au Master ICONES, je suis venue vivre à Nice. 

Pouvez-vous évoquer votre expérience professionnelle ?

Pendant un an et demi, j’ai travaillé en tant que caissière et sapeur-pompier volontaire. Titulaire du BAFA, j’ai aussi été animatrice dans des centres de loisirs.

En communication, j’ai effectué deux stages : le premier, dans les relations publiques, chez Happy Erasmus Valencia ; le second dans la start-up Fatster. Ces stages ont été enrichissants. 

Enfin, depuis octobre, je suis en alternance au sein du service communication du Centre Hospitalier d’Antibes Juan-les-Pins.

L’alternance permet d’être plus compétitif sur le marché du travail

Comment avez-vous décroché votre contrat d’apprentissage ?

J’ai reçu plusieurs offres d’apprentissage de la part de Bosnakian Communication, agence de communication globale à Nice. L’agence est partenaire du Master ICONES. J’ai soumis ma candidature à plusieurs structures dont l’Hôpital. Après avoir passé un entretien, j’ai été retenue au poste d’apprenti.e assistante en communication. 

Quelles sont vos principales missions au sein du pôle communication de l’hôpital ?

Mon rôle consiste à assister la Responsable de la communication dans le déploiement de la stratégie digitale de l’hôpital. Je suis chargée de gérer les réseaux sociaux. D’une part, je publie et diffuse du contenu original en m’appuyant sur des techniques comme le storytelling. D’autre part, je réalise un travail de veille permanent : je surveille les réactions et les commentaires pour prendre compte les feed-backs et interagir avec la communauté hospitalière. Avec la crise sanitaire, je dois aussi co-gérer la communication de crise. Je diffuse les nouveautés concernant la Covid-19 sur les réseaux sociaux. 

Aujourd’hui, je me rends compte à quel point l’alternance permet d’être plus compétitif sur le marché du travail.

“Prendre plaisir à travailler…” 

Quelles sont les qualités nécessaires pour devenir un professionnel de la communication ?

Selon moi, les qualités nécessaires sont avant tout la créativité et l’ouverture d’esprit. Il faut disposer d’une bonne culture générale. Bien évidemment, le sens du relationnel est primordial car communiquer est un métier collaboratif.  Aussi, il faut être en veille de façon permanente : suivre l’actualité médiatique, les tendances, les innovations technologiques et les évolutions sociétales. Pour finir, il faut être rigoureux, structuré et avoir une bonne capacité d’analyse et de synthèse (notamment pour gérer les flux d’informations). 

Pensez-vous qu’il est possible d’exercer dans la communication sans avoir fait d’études ? 

Les études dans l’enseignement supérieur sont indispensables pour devenir un professionnel de la communication. Pour ma part, je reçois un enseignement de qualité. Il me permet d’acquérir des compétences et une culture de la communication, notamment stratégique, difficile à obtenir de façon autodidacte.

Comment imaginez-vous votre avenir professionnel post-Master ? 

Pour démarrer pleinement la vie active, je souhaite avant tout prendre plaisir à travailler. Attirée par la sphère internationale, je souhaiterais partir à l’étranger, régulièrement voyager. Par exemple, j’envisage de devenir auto-entrepreneur. Je pourrais proposer mes services dans la communication digitale. Ainsi, je pourrais m’épanouir professionnellement tout en découvrant le monde. Si ce projet ne se matérialise pas, je souhaiterais travailler dans une ONG humanitaire.

Le force du Master ICONES ? L’alternance… 

Pourquoi avoir choisi le Master ICONES ? 

Après l’obtention de ma Licence et de mon année Erasmus, je souhaitais effectuer une année de césure pour continuer de voyager. La crise sanitaire a chamboulé mes plans. J’ai alors décidé de poursuivre mes études. J’avais besoin de trouver un cursus moins scolaire. Je me suis intéressée au Master ICONES pour deux raisons principales : premièrement, c’est une formation en alternance qui permet d’allier la théorie et la pratique. Deuxièmement, elle est spécialisée dans la communication numérique des organisations. Troisièmement, le Master ICONES est situé dans une ville qui m’attire depuis fort longtemps : Nice.

En quoi le Master ICONES représente-t-il une plue-value dans le parcours d’un.e étudiant.e en communication ?

Une des forces du Master ICONES réside dans la diversité de ses enseignements. Son programme pédagogique nous permet d’acquérir des compétences et une culture stratégique dans des secteurs clés de la communication : les réseaux sociaux numériques, les médias, la communication de crise, les ressources humaines ou encore l’infographie.

Par ailleurs, grâce à un effectif réduit, il offre la possibilité de travailler en petits groupes et de développer une très bonne cohésion entre les étudiants.

Enfin, le fait que le Master ICONES soit une formation en alternance est un atout majeur. Pour un jeune diplômé, une expérience professionnelle en alternance est une vraie plus-value pour être compétitif sur le marché du travail.

NDLR : depuis la rédaction de cette interview, Léa s’est engagée chez Carimmat pour la deuxième année de son alternance. Nous lui souhaitons une excellente deuxième année en apprentissage au sein du Master ICONES.  

Redécouvrir la vidéo de Léa 

Contacter le Master ICONES

Vous souhaitez recruter un.e étudiant.e du Master ICONES, Master en alternance spécialisé dans la communication numérique à Nice ?

ou

Vous êtes étudiant.e et souhaitez obtenir des informations complémentaires à propos du diplôme ?

N’hésitez pas à nous contacter.